vendredi 10 janvier 2014

Jean Pierre Ruillat aux commandes

Jean Pierre Ruillat lors du tirage au sort de la 33ème édition (photo : Sport Boules +)

Il est à la tête de la présidence de l'ASCUL, nouvellement rebaptisé Lyon Sport Métropole depuis plus de dix ans et à nouveau aux manettes de l'organisation d'une des plus prestigieuses compétitions internationales : "le Béraudier". 

A la veille de la 33ème édition, Jean Pierre Ruillat est sur Culture Sport Boules. Entre organisation et aspirations, il présente la version 2014 de la compétition et fait le point sur la section Boules de l'association lyonnaise. 

Il y aura du beau monde sur les terrains du boulodrome du Galsem. Pour ceux qui ne
pourraient s'y rendre, une retransmission sera assurée sur le site Sport Boules Diffusion. Pour les autres, le numérique c'est bien, mais le réel, c'est mieux ! Chacun ayant la possibilité de pouvoir se rendre à la compétition ne regrettera pas l'occasion de voir évoluer à cette occasion les plus beaux talents de la discipline Sport Boules.

C.S.B. : Depuis quand se prépare le Béraudier 2014 ?
Jean Pierre Ruillat : On démarre après les vacances d'été, une fois les équipes constituées, on décide des équipes à inviter. En octobre, je profite d'aller à Thuellins pour porter mes invitations. Nous demandons dans le même temps à la ville de Lyon le matériel dont nous avons besoin. Je dois dire que les services techniques de la ville de Lyon sont vraiment supers avec nous, on peut compter dessus. Le Maire est précieux dans l'organisation du Béraudier, en mettant ses agents à disposition.
Le boulodrome du Galsem sera prêt pour la 33ème édition
(photo : Sport Boules +)
Il y a également tous les partenaires, réguliers ou spécifiques à la compétition, sur qui nous pouvons compter.
Toute cette dernière semaine, nous étions une dizaine de personnes pour pouvoir tout finaliser. Il y a toujours des petits embêtements de dernière minute. 
Une fois le chapiteau monté, nous avons procédé à un essai pour y allumer et éteindre l'électricité. La coupure s'est faite avec le bouton d'urgence, mais impossible de le redémarrer, il a fallu appeler l'électricien de service !
Le temps semble être clément pour ce week-end, pour nous c'est un avantage car notre chauffage a pas loin de trente ans, il est à air pulsé. Le soleil et la douceur nous aiderons à avoir une température idéale pour les joueurs.


C.S.B. : Vous à la tête de l'organisation du Béraudier depuis 2000. Avez vous un souvenir marquant d'une édition ?
J.P.R. : Je n'étais pas encore président, c'était au début de l'époque des boules racleuses. L'équipe du Cannet Rocheville évoluait avec Thierry Choux, Christian Berthet et Marc Pignatta. Thierry Choux avait du taper au moins trente buts, il n'y avait aucune partie qui se terminait car forcément, on jouait au temps !

De g a d : Bruno Chouvelon, Bernard Epinat,
 Dominique Noharet, Didier Combet, Thierry Choux,
Jean Perrier, Bernard Cheviet, Richard Remond
(Le Cannet Rocheville évoluait alors en quadrette avec Bernard Epinat et Richard Remond lors de la saison 1987/1988, Thierry Choux a connu deux sélections en équipe nationale sur des rencontres France - Italie : en mai 1986 à Lézignan Corbières (11) et  en 1987 à San Rémo (Italie). Les boules racleuses avaient fait leurs apparitions en 1986 après avoir été admises au Congrès de Melbourne lors du Mondial en 1985. Merci à Fabien Amar pour les compléments d'informations).

Lors d'une autre édition, on avait invité une sélection du Maghreb : ils nous ont prévenus le vendredi soir qu'ils ne pourraient pas être présent pour un problème de visa ! Gérard Gondrand nous avait dépanné et avait pu nous adresser une équipe, je n'ai jamais oublié sa gentillesse et nous le retrouverons d'ailleurs sur les jeux pour cette édition 2014.

C.S.B. : L'attraction de cette édition sera la présence d'une sélection américaine ?
J.P.R. : Oui effectivement, on peut parler d'attraction, pourront ils créer la surprise et jouer le lendemain ? C'est une inconnue. Ils s'étaient déjà manifestés à Pentecôte en juin 2013. Le président de la FIB m'a sollicité pour pouvoir les accueillir, des projets étant en cours pour développer la discipline aux Etats Unis. Nous avons donc décidé de les inviter.

C.S.B. : L'ASCUL laisse sa place à Lyon Sport Métropole ! Comment se porte la section Sport Boules ?
J.P.R. : Une réorganisation territoire va donner naissance, dans quelques mois, à la Métropole de Lyon. La mutation était nécessaire pour se moderniser et s'adapter à cette donnée. Mais les équipes dirigeantes et les objectifs restent les mêmes. Côté boules, la section compte une quarantaine de licenciés. 


Présentation du nouveau logo au boulodrome

Nous évoluons cette année en première division ! Ce n'était pas un objectif, nous étions bien au classement et la victoire à Bellecour l'année dernière nous a propulsé en Super 16. Si lors de la seconde première étape à Privas, nous sommes passés complètement à côté de notre sujet, nous nous sommes mieux défendus lors de la première étape à Belley : nous ratons la gagne à la première partie contre Goffi (6 à 7) et nous sommes pas loin face à Pallon (9 à 13). Cela aurait bu être mieux mais faute de saisir les occasions...
Nous ne sommes pas repartis en club cette saison, faute d'effectif mais aussi de forces vives pour s'en occuper chaque semaine. Nous avons pris cette décision en sachant que tous les joueurs qui souhaitent poursuivre cette pratique avait trouvé une solution dans d'autres clubs.

C.S.B. : Par quoi avez-vous envie de terminer cet entretien ?
J.P.R. : Je souhaiterai pouvoir trouver quelqu'un qui puisse être amené à me remplacer. Voilà bientôt quinze années que je me consacre au club, à gérer les terrains, le nettoyage du boulodrome, les organisations des compétitions, régler les différents problèmes et les mécontents, j'aspire à rester tranquille maintenant !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire