Epreuve d'appui sous haute tension

La Coupe d'Europe est une compétition à part. Tant que la rencontre n'est pas gagnée, un retournement de situation est toujours possible. Le volet international confère une ambiance et une tension particulière, bien palpable pour tous ceux qui ont eu la chance de pouvoir assister à une rencontre.

Alors quand l'issue du match se joue à l'épreuve d'appui, la tension monte d'un cran ! Tout reste possible tant que la dernière boule n'est pas jouée, à l'image de Monaco qui emporte la CE2, Coupe de la Fédération, à l'épreuve d'appui, alors que leurs adversaires ont eu quatre ou cinq boules de match.

Et si, au bout des six confrontations, il y a une place dans le dernier carré d'une Coupe
d'Europe, on n'ose imaginer le poids qui pèse sur les épaules des différents joueurs. Soulignons la capacité des joueurs à résister à la tension avant de pouvoir jouer leur boule. L'exemple en vidéo avec le match d'appui du BK Istra Porec contre CRO Lyon.

Frédéric Poyet vient de pointer et de réussir sa première boule. Viennent ensuite par ordre d'apparition :
Elvis Smolica (point), Xavier Majorel (tir), Nenad Tadic (tir), Fabien Amar (point), Igor Vretenar (point), Grégory Chirat (tir), Josko Mardesic (tir), Alexandre Chirat (point), Elvis Barbaro (point), Julien Molager (tir) et Darijan Zivolic (tir). Chapeaux messieurs !

Merci à Drazen Punis pour la vidéo.

Commentaires

Enregistrer un commentaire