vendredi 21 février 2014

Sébastien Belay ouvre les portes du possible

Sébastien Belay lors du tournoi international jeunes à Saint-Vulbas en juillet 2013 (photo : bugey-cotière.fr)

Fabuleuse performance (Tout le Sport-Boules), performance exceptionnelle (site fédéral), record pulvérisé (Lepinge.com), stratosphérique (Bocceinvolo), exceptionnel score (site de la FIB) : Sébastien Belay a animé les discussions de la semaine dans le monde bouliste en réalisant le score de 63 au tir de précision samedi dernier lors de la rencontre du championnat de France des Clubs Elite 2 à Fontaine.

Dix ans après avoir découvert le Sport Boules à Villeneuve (01) à l'âge de neuf ans, il entre dans la légende, après avoir déjà écrit de belles pages. On se souvient notamment de la
finale d'anthologie au Mondial -18 à Eybens en 2012 dans l'épreuve du simple (à revoir à partir de ce lien).

Sébastien Belay revient en interview sur cette journée particulière, qui lui a vu ouvrir les portes du possible.

Culture Sport Boules : Quels sentiments t'animent une semaine après cet exploit ?
Sébastien Belay : Je ne rends pas encore tout à fait compte de cette performance, il va me falloir encore un petit peu de temps mais c'est vrai que je suis content. Pour l'instant, je ne réalise pas encore tout à fait, je pense que dans deux trois semaines, cela ira mieux.

C.S.B. : Peux tu nous décrire ton tapis, notamment s'il y a eu des boules clés, et les sentiments qui alors t'animaient ?
S.B. : Tout d'abord, je tirais avec Loïc Marcone, qui a très bien tiré. Cela a été primordial car m'a obligé à bien tirer moi aussi. Je crois qu'après sept cibles, je menais 19 à 18 donc Loïc avait juste raté la cible 1 avec la boule devant. Cela me poussait à bien tirer, à frapper les boules pour essayer de remporter l'épreuve.

63 au tableau de Fontaine !
Après, j'ai une boule clé sur la boule à la sautée (la cible 8) : je fais casquette sur la blanche, elle vient toucher le tapis à côté et elle fait le tour de la cible rouge sans la toucher ! Puis je tape les deux boules décalées (cibles 9 et 10). Ensuite au moment de tirer le but du fond, je pense quand même à essayer de finir le tapis et je commence à penser dans ma tête au record qui est de 40.

Une fois le but tapé, c'est pas évident de rester concentré car finir un tapis complet, c'est déjà très beau. La première boule à taper devant a été très difficile à frapper, c'était difficile de se remettre devant. Après, il y avait Fabien Jarnet qui me remettait les boules, Frédéric Ruis qui était commissaire m'encourageait à rester dedans, cela m'a aidé aussi.

Après avoir tapé la boule et le but, je me suis mis à y penser, je me suis dit "je suis à une boule de battre le record, si je tape la boule à cinq, c'est fait". Là j'y pense et tant mieux, la boule à 5 points est bien tirée et frappée. Après, encore une fois, il y a Fabien et Frédéric qui me dise de rester dedans, de continuer : les tirs se sont bien enchaînés et j'ai pu en taper cinq de plus :) Voilà !

C.S.B. : Réaliser cette performance nécessite d'être dans un état mental particulier, d'être "centré" à ce qu'on fait, "dans la zone". Comment te prépares tu dans ta concentration pour ce type d'épreuves ?
S.B. : A Fontaine, ce qui s'est passé, c'est que je sortais du relais, avec le tir de précision juste derrière, cela n'était pas évident, je ne me suis pas échauffé tout de suite, j'ai laissé Loïc Marcone s'échauffer seul pendant deux minutes, ensuite je l'ai rejoint. Lors du tir, j'étais vraiment concentré, il y a des fois, on l'est plus que d'autres, des fois moins, cela dépend du contexte.
Après sur le tir en général, on a toujours des petites superstitions : moi par exemple, je remets toujours mes boules dans le même ordre, avec ma boule creuse toujours dans la même position. Je pense qu'on a tous des petits trucs comme celui là, des petites routines pour garder la concentration, toujours faire le même geste quand on réussit, toujours la même préparation. Un peu toujours les mêmes superstitions, je pense que tout le monde en a.

C.S.B : Le même jour, Renaud Lavillenie bat un record mythique à la perche et ouvre lui aussi en grand la porte de ce qui est possible. As-fait un rapprochement quand tu l'as appris avec ta performance ?
Repousser les limites du possible
(photo : le site du perchiste)
S.B. : Non pas spécialement. Quand je l'as appris, je me suis dit : "c'est un bon jour pour le Sport". J'ai pas forcément fait le rapprochement mais je me suis dit "tiens, c'est marrant, que cela se produise en même temps".

Après, cela peut peut être ouvrir de nouvelles choses : beaucoup de joueurs sont capables de faire un tapis entier. Certains ne l'ont pas encore réalisé mais sont capables de le faire, Xavier Majorel l'a réalisé à la précédente journée. Une fois qu'on fait un tapis, pourquoi effectivement ne pas aller plus loin ? Après, mentalement c'est difficile, garder la concentration n'est pas évident.

Par contre, je crois qu'un des précédents records à 40, celui de Cédric Roche ou de Yohan Devise, avait été réalisé déjà à Fontaine.

C.S.B. : Si tu devais donner trois mots, un commençant par C, un par S, un par B, pour définir le tir de précision ?
S.B. : C comme Concentration, S comme Superstition, B comme Boulot.

C.S.B. Quelle question aurais tu aimé que je te pose et quelle réponse y aurais tu apporté ?
S.B. : Comment c'est passé ta saison en précision ? Je t'aurais répondu : j'ai ré-attaqué le tir de précision en janvier 2014 car en début de saison, j'étais sur du combiné. Sur les performances de janvier à maintenant, je voyais qu'avec mes sensations, j'étais en progrès, en phase ascendante. Cela s'est concrétisé ce week-end. J'avais fait un score très moyen le premier week-end de janvier, après 18 à Saint-Vulbas et 23 à Port-des-Barques, c'était en phase ascendante.
Cela devrait me qualifier pour le France Tirs, c'était un des objectifs en début de saison. Après, il y a un championnat du Monde en moins de 23 ans cette année, c'est pas forcément un objectif, il y a Gérard Baillez qui est très bien cette saison dans l'épreuve, mais c'est important de montrer qu'on est là, qu'il y a de la concurrence entre tous les -23. Les sélectionneurs feront leur choix, mais c'est sûr que si je suis sélectionné, cela deviendra un objectif.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire