STEPHANE FOURNIER : UNE PASSION COMMUNICATRICE


Stéphane FOURNIER vient de fêter sa première année comme responsable de l'équipe de France féminine.  Il sera à Nice en stage de préparation avec l'équipe de France Féminine à compter de samedi 20 août et pour 5 jours.
Titulaire d'une licence STAPS « Entraînement sportif et performance motrice » et d'un B.E.E.S 2ème degré option Sport- Boules, l'homme a un parcours d'entraîneur tout en progression, qui l'a amené jusqu'à la tête de l'équipe de France. 
Responsable sportif du Centre de Formation Bouliste de BOURGOIN avant

septembre 1995, il devient à partir de cette date et jusqu'en août 1998 Conseiller Technique Départemental de L’Isère, entraîneur de National A à Eybens puis Régional à Pont de Claix et membre de la Direction Technique Nationale de la FFSB. De septembre 1998 à août 2002, il est animateur Sportif de la Boule Ferrée Gapençaise ("Des tout petits aux tout anciens … en passant pas l’élite masculine" précise t'il avec un brin d'humour) et devient Conseiller Technique National Fédéral à la FFSB. En septembre 2002, il passe chargé de la coordination des Pôles France et Espoirs, Responsable du Pôle France de Villeurbanne – section jeune, prend en charge le projet de la restructuration de la catégorisation des jeunes et en collaboration avec Lionel ABERT, Conseiller Technique National, assure la gestion de compétitions nationales (France Tirs, Championnats de France Simple et Combiné) et le volet Formations (Brevets Fédéraux, brevets d’états, formation des Professeurs d’ EPS). En septembre 2005, il est chargé du développement sportif (Sport Adapté, Les jeunes, les féminines… ), mène à terme le projet et l'application de la restructuration de la catégorisation jeune et en collaboration avec Lionel ABERT, CTN, continue sur la gestion de compétitions nationales (France Tirs, Championnats de France Simple et Combiné) et travail sur le volet Formations (Brevets Fédéraux, brevets d’états, formation des Professeurs d’ EPS).
La France à Saint-Vulbas
Depuis août 2010, il assure les missions suivantes : Responsable de l’équipe de France Féminine, Responsable de l’accès au Haut Niveau Féminin, Chargé du développement sportif de l’enfant (-9 ans à -13ans) : documentation et en collaboration avec Lionel ABERT, CTN : la gestion de compétitions nationales : France tirs et le volet Formations (Brevets Fédéraux, brevets d’états, formation des Professeurs d’ EPS, UFR STAPS). 
Il est également entraîneur bénévole à Bourgoin-Jallieu (38) depuis 2005.

Au delà de ce parcours "brut", Stéphane Fournier est un homme discret mais disponible, qui n'aime pas parler de lui mais est intarissable sur le Sport-Boules, un authentique passionné, qui vous inocule son intérêt pour la discipline, pour qui prend le temps de l'écouter, un agitateur d'idées pour qui a la chance d'échanger sur le sujet Sport-Boules avec lui.

La mission de responsable de l'équipe de France Féminine occupe dans l'année un peu plus de la moitié de son temps. Il précise " que cette mission est totalement différente d'un rôle d'entraîneur de club par exemple, mais cela est un autre débat". Une mission qui ne se réalise pas seul au niveau de la FFSB et qui "ne peut pas être efficiente sans la confiance du Directeur Technique National, Jacques FARESSE, ni la collaboration étroite et complice avec Brigitte COSTE , responsable du Haut Niveau et Préparateur Physique, et le Staff Médical FFSB, Docteur Yves Guillot et le kiné Jean Claude LAIR". Au-delà de cette mission de responsable de l’équipe de France Féminine, se greffent inéluctablement la mise en place d’un accès au Haut niveau Féminin et le suivi des athlètes de HN, la communication avec leur entourage (famille, dirigeants, entraineurs, employeurs …) etc …

Jeunes supporteurs !!!
Depuis la retransmission du Mondial de Saint-Vulbas, beaucoup de boulistes doivent suivre de plus près le Sport-Boules au féminin. 

Par les comptes-rendus réguliers qu'il nous transmet via le site fédéral, Stéphane Fournier entretient la flamme et nous tient au courant de l'évolution du travail entrepris avec le groupe féminin. Une démarche de communication nouvelle, intéressante, qui peut amener à générer un engouement de supporteur autour du groupe France Féminin. 

Je fais parti de ceux qui sont tombés dans la marmite depuis le dernier mondial et qui suivront de près les résultats des filles en Slovénie. A la veille d'un stage national de cinq jours sur Nice, Stéphane Fournier m'a fait le plaisir de cette interview, j'espère qu'à l'issue de cette lecture, vous plongerez dans la marmite pour me rejoindre !

Culture Sport Boules : La sélection pour les championnats d'Europe a été dévoilée, mais elle est incomplète, aussi bien dans les joueuses nominées que dans les places occupées. Pourquoi ?
Stéphane Fournier : En effet, il reste une athlète à sélectionner. En ce qui concerne ce choix, je l’expliquerai un peu plus tard.
Pour ce qui en est des filles et des épreuves, la Fédération Internationale de Boules ne nous oblige pas à communiquer une liste par épreuve… donc nous laissons volontairement le suspens en « externe » bien que les athlètes savent quelle(s) épreuve(s) elles auront à réaliser en Slovénie. Nos adversaires n'ont pas à savoir qui fera quoi.
L’option d’une quatrième sélectionnée en suspend, ouvre aussi des brèches de composition d’équipe. Je ne vais pas trahir, les propos tenus en Comité de Sélection, mais les discussions ont été riches et énormément de possibilités ont été évoquées…

C.S.B. : Quel rôle va jouer dans cette optique le stage d'août à Nice ?
S.F. : Le stage de Nice  « Spécial Courses » sera déterminant !
Nous ne sommes pas dans un sport professionnel … et malgré les moyens mis à notre disposition par le budget de la D.T.N. et l’aide des élus fédéraux, lors de la politique d’Accès au Haut Niveau par exemple, nous ne pouvons pas nous permettre d’effectuer des stages de 3 semaines !
Avec des athlètes professionnelles et des centres d’entraînements fédéraux (avec terrains, restaurations et hébergements) le fonctionnement serait différent… Donc la méthode actuelle n’est, certes pas la plus efficace à mes yeux, mais il faut savoir faire avec nos moyens et retenir que le Sport-Boules n’est que le Sport-Boules ! Nous ne rêvons pas et nous essayons de trouver les meilleures solutions possibles, dans les conditions actuelles.
Il est coûteux, aussi, de suivre les athlètes chez elles pour les entraîner 4 à 5 fois par semaine.
Aussi, le staff technique du Groupe France Féminin a proposé une programmation d’entraînement pour chaque athlète sélectionnable et à leurs entraineurs, et ce dans chaque épreuve. Il leur est donc demandé un investissement personnel, tout comme à leur encadrement, pour s’entraîner dans les meilleures conditions. Bien entendu, ceci se déroule avec une notion de suivi et de communication entre le Staff Technique et Médical et les athlètes.

Boulodrome de Nice
Dans ce contexte, le stage de Nice permettra de voir l’état de forme (physique et psychologique) des coureuses, et le travail qu’elles ont effectué. Il permettra de mettre des combinaisons en place et de réaliser des démonstrations face à un public. Il y aura, bien entendu des moments de décontraction. Nous ne sommes pas si loin de l’Euro, donc, les séances se rapprocheront des thèmes spécifiques et des finitions techniques et physiques.

Ce stage permettra aussi de dévoiler le nom de la quatrième athlète sélectionnée par le Comité de Sélection.

C.S.B. : Quelles incidences (avantages et inconvénients) cela a sur la gestion du groupe féminin dans l'optique du championnat d'Europe ?
S.F. : Les avantages de ce fonctionnement est de laisser les athlètes sous pression et face à leur responsabilités du Haut Niveau, vis-à-vis de leur investissement à l’entrainement. Il permet aussi de tester la communication des filles avec le Staff. L’inconvénient créé le fait que certaines filles sont titulaires et d’autres non, et que la relation entre elles peut-être étrange, voire ambigüe … mais ce genre de statut existe dans bien d’autres sports.

L'autre BB nationale !
Il est évident que cette Equipe de France est construite autour de Barbara, en ce qui concerne le sportif. Comme le règlement nous impose 4 athlètes pour 5 épreuves, il est paru judicieux, au Comité de Sélection Féminin, de jongler entre une fille qui effectue ses premières joutes internationales et des filles plus expérimentées… mais dans ce cadre d’idée, il reste à gérer les bobos physiques et l’acceptation des méthodes de travail actuelles. 
Le Comité de Sélection a donc choisi de libérer l’esprit de Barbara pour sa préparation et de faire le contraire pour sa partenaire de relais, par exemple. D’autres indices, que je ne dévoilerai pas ici, nous ont encouragés à procéder dans ce sens.

Les filles sélectionnées effectueront un match amical contre la sélection des garçons à Bron le 2 septembre 2011 à BRON (69) dès 14H30, avec en 1er tour – 3 Simple / 2 Combiné, en 2ème tour – 1 Tir de précision, en 3ème tour – 1 Tir rapide en double et enfin en 4ème tour – 2 Double.
L’Euro 2011 sert de test pour les années à suivre, donc la méthode de préparation et de sélection en font partie. L’idée définitive de l’Euro prendra naissance le jour de la « sélection complète », la phase de préparation sera achevée et nous aurons 15 jours pour être dans la compétition ! C’est une façon (comme une autre) de nous rendre à une compétition internationale.

Je profite de ce chapitre pour te remercier de ton investissement pour la mise en condition de cette ultime face précompétitive : commentaires et photos lors de tes vacances.

C.S.B. : Quels sont les objectifs quantitatifs et qualitatifs pour cette compétition ?
S.F. : Bien à cette question, j’ai toujours envie de répondre 5 médailles et en OR, ne serait-ce que par respect envers les athlètes sélectionnées en équipe de France ! Chacune de nos athlètes aura cet objectif dans la tête. Nous sommes la France et nous devons être au sommet de l’Europe bouliste. 

L'or à Saint-Vulbas
Mais la raison veut que nous soyons modérés, car il n’y pas de confrontations internationales autre que l’Euro dans la saison et que nous ne pouvons pas estimer à coup sûr les points forts et les points faibles de nos adversaires. De même, l’habitude de confrontations de ce niveau renforcerait nos pronostics. C’est ainsi.

Nous pourrons nous estimer fortement déçus à moins de 3 podiums et 1 médaille d’Or. Ceci dit, en ce qui concerne le staff technique, l’Euro 2011 est plus une chasse aux enseignements qu’une course aux médailles… mais la leçon sera d’autant plus bénéfique à tous si le nombre victoires est important.

C.S.B : L'objectif fixé en lien avec le ministère de tutelle est de reconquérir la première place mondiale dès 2012, puis de la conserver. Quelles sont les étapes pour y arriver (si dévoilables !) ?
S.F. : En effet, l’objectif avec le Ministère est ambitieux… mais, à deux boules prêt, il était atteint dès Saint Vulbas 2010 ! Le Ministère ne regarde que les Mondiaux et les médailles d’or, et les étapes pour arriver à reconquérir la première place mondiale ont déjà débutées. Sans les dévoiler toutes, voici déjà quelques actions mises en œuvre :
  • Communiquer avec les clubs
  • Suivi vidéo des athlètes lors des matchs de clubs sportifs
  • Formation des entraineurs
  • Responsabilités de tous les échelons en vue de l’épanouissement de l’athlète
  • Accès au Haut Niveau Féminin
  • Demande de modification de la réglementation technique FIB
  • Définir et mise en place effective de démarches de travail et de suivi des entrainements
  • Explications par courrier, puis en réunion de la politique HN Féminine auprès des CTZ
  • Stages …
Bref, tout ne peut pas changer du jour au lendemain, mais il faut savoir être patient pour construire du long terme … et accepter des sacrifices pour vaincre dès 2012.

C.S.B : Si tu devais donner trois mots, un commençant par C, un par S et un par B, pour définir le Sport-Boules au féminin ?
S.F. : 
Cacochyme (au sens figuré) (lien pour comprendre le sens)
Sémillant
Bravoure

C.S.B. : Quelle question aurais tu aimé que je te pose et quelle réponse y aurais tu apporté ?
S.F. : Puisque les personnes aiment bien discuter sur les modes de sélections ou les sélections elles-mêmes, je te propose plusieurs questions.
Faut-il mieux définir une équipe en juillet et présenter 2 remplaçantes ?
Est-ce que le fait de laisser une place vacante à trois semaines de l’échéance favorisera le travail de tous pour gagner à l’Euro ?
Qui reste préparées si une athlète se blesse … les remplaçantes ?

Avec ce que j’ai pu suivre, ou entendre, je ne pense pas que les remplaçants (dans notre culture bouliste actuelle) soient ultra motivées pour poursuivre les programmations d’entraînements. Je ne pense pas, non plus, que toutes les structures d’entraînements soient mises à leur disposition en période estivale.
Pour ma part, et c’est cruel, il est préférable que tous se préparent efficacement et que la sélection intervienne ensuite (surtout dans les courses). En cas de blessure, la remplaçante sera prête.

La place de remplaçante est la plus ingrate qui soit … et la démotivation est totalement légitime à l’annonce du choix du Comité de Sélection. Nous mettrons du temps dans le Sport-Boules, avant de comprendre que la remplaçante fait partie intégrante de l’équipe… car son travail constitue un confort pour l’équipe qui part.
De toute façon, une carrière d’athlète international ne se forge pas en travaillant 3 mois avant chaque championnat d’Europe ou du Monde. Le travail effectué au fil du temps et régulièrement construit les champions.
Pour en revenir à une sélection prévue relativement tôt, elle est efficace si nous avions les moyens de faire un ou plusieurs stages longs avant la compétition.

Pour l’Euro 2011, nous jouons sur les deux tableaux, pour ne pas bousculer les cultures … nous verrons pour la suite.


Christophe, Merci de laisser une place importante au sport boules Féminin sur ton site. Longue vie à Culture Sport Boules et félicitation pour ton investissement et ton travail.

Bonne Chance pour Rogaska Slatina !!!


Commentaires