Laurent Awogadro a la Côte du côté de Nice

L'OGC Nice Sport Boules organise ce week-end la 24ème édition du Challenge René Virorello. Le rendez-vous est devenu incontournable dans la saison azuréenne et la compétition a désormais une renommée nationale. Disputée en même temps que le Trophée Emile Terrier, la manifestation est prisée de nombreuses équipes.

Laurent Awogadro va terminer sa première saison au sein du club des "Aiglons". Après avoir stoppé l'activité Sport Boules pendant une dizaine d'années, il revient à son meilleur niveau et fait profiter le club de son talent. 

Pour Culture Sport Boules, il dresse le bilan de ses premiers mois à Nice. On le retrouvera
d'ailleurs à Talant / Dijon sous les couleurs "rouge et noir" pour le France Double les 12 et 13 juillet 2014. Une preuve, s'il en est besoin, que Laurent a la Côte sur les bords de la Méditerranée. Entretien :

Culture Sport Boules : Peux tu te présenter au travers de ton parcours bouliste ?
Laurent Awogardo : j'ai découvert le Sport Boules par mon beau-père qui était joueur en quatrième division. La discipline m'a plu et j'ai fait mes classes au Centre de Formation Bouliste de Thullins (38). Mon entraîneur de l'époque était le regretté Gilbert Veyret. J'ai connu une sélection en cadet avec l'équipe de l'Isère pour participer au tournoi international. Après avoir arrêté pendant dix ans pour des raisons familiales et professionnelles, j'ai repris la pratique du Sport Boules voilà cinq ans. La saison dernière a été pleine de bons souvenirs avec un titre de champion de l'Isère en double en deuxième division et une demi-finale à Bellecour, sous les couleurs de l'équipe Marnat (Pont de Claix) perdue de justesse face à la formation Ruillat (Ascul), future vainqueur du Pentecôte 2013 !



En action sur la place Bellecour !


C.S.B. : Tu termines ta première saison sous les couleurs de l'OGC Nice Sport Boules. Comment l'as tu abordé et quel bilan en tires-tu ?
L.A. : Je ne te cache pas l'avoir abordé avec un peu d'appréhension. Mais j'y ai trouvé une excellente ambiance et des conditions de jeu très agréables.
Côté terrain, à titre personnel, j'estime ne pas avoir réalisé une grosse saison. En collectif, le bilan est mitigé : nous terminons à la 51ème place au classement national, à même nombre de points que le dernier qualifié directement pour Chambéry mais nous ne serons pas du voyage (avec une défaite en barrage au championnat interrégional). Cependant, en double, nous sommes champions interrégionaux en seconde division à Gap : le titre nous donne un ticket pour le France Doubles à Talant / Dijon, avec Jo Gauthier et Jonathan Bernard. C'est une satisfaction pour nous et pour le club.

C.S.B. : Ce week-end verra la 24ème édition du Virorello. Que t'évoques ce concours ?
L.A. : Tout d'abord, le personnage qu'était René Virorello ! (voir qui était René Virorello). Ensuite, le fait que cette compétition est devenue au fil des années le rassemblement des boulistes sur la Côte d'Azur. Enfin, le côté festif de cette manifestation. Mais que l'on ne s'y trompe pas, malgré l'ambiance de fête, le concours est très prisé et chaque équipe cherchera à inscrire son nom au palmarès de la 24ème édition !


Le dénouement à suivre en direct sur Sport Boules Diffusion.

C.S.B. : Tu as participé également en double licence au championnat des Clubs avec Rives Bièvre. Que peux tu en dire ?
L.A. : Je n'avais plus joué dans ce championnat depuis mon arrêt aux boules, je jouais alors pour Portes du Vercors. Pour cette première année de reprise, j'ai vécu une expérience très sympathique. Nous descendons en Nationale 2, suite à une défaite de peu au dernier match joué à domicile ! C'est une déception. A titre personnel, je trouve intéressant de doubler traditionnel et club : cela permet de se maintenir tout au long de la saison dans une situation de compétition.

C.S.B. : Si tu devais donner trois mots, un commençant par C, un par S, un par B, pour définir l'OGC Nice Sport Boules ?
L.A. :
C comme Champion de France ? (rires) Pourquoi pas à Talant ? C'est important d'avoir un objectif quand on est Compétiteur. 
Je voudrais aussi rajouter C comme Candido (Rodrigues). J'ai eu la chance de la connaître et de le côtoyer à l'OGCN, c'était une personne adorable et attachante. Son départ, comme beaucoup, m'a beaucoup touché et peiné.

S comme Sympathique, c'est l'ambiance que j'ai trouvé au club.

B comme Bénévole, à l'image du Virorello qui sera organisé ce week-end, notre discipline repose sur l'engagement de tous pour la maintenir et la faire vivre.

Challenge réalisé par le regretté Candido Rodrigues.

C.S.B. : Quelle question aurais tu aimé que je te pose et quelle réponse y aurais tu apporté ?
L.A. : Je suis surpris que tu ne m'ais pas demandé ce que je pensais faire pour la saison prochaine ? Je t'aurais répondu : normalement, rien ne devrait bouger, club avec Rives Bièvre et traditionnel avec l'OGC Nice. Je vais justement profiter de ce week-end pour avoir une rencontre avec les dirigeants du club pour évoquer ce dernier point !

Commentaires